À propos de l'entreprise BORNEY drapeaux - Borney SAS

Créée voici quatre générations, l’entreprise Borney à Argentan vit à l’heure des grands événements mondiaux et voit l'avenir en grand!

 

Chronologie

 

  • 1880 : Monsieur Édouard Borney crée à Paris une société de négoce de tissu pour tailleurs
  • 1921 : Messieurs André et Louis Borney créent la société les Fils d’Édouard Borney
  • 1956 : Pierre Borney s’oriente vers la fabrication de drapeaux
  • 1969 : Installation de l’entreprise à Argentan
  • 1970 : Pierre Borney crée Borney SA
  • 1980 : Borney se lance dans les pavillons publicitaires : acquisition de la 1ère machine d’impression en 3 mètres de large
  • 1985 : 1ère  phase d’extension des locaux d’Argentan
  • 1991 : 2ème phase d’agrandissement des locaux d’Argentan
  • 1992 : Borney assure le pavoisement des jeux Olympiques d’Albertville
  • 1994 : Borney est retenue pour les jeux de la Francophonie
  • 1995 : 50ème anniversaire du Débarquement
  • 1998 : Coupe du monde de football
  • 2005 : 60ème anniversaire du Débarquement
  • 2006 : Coupe du monde football
  • 2007 : Acquisition d'un équipement de photogravure digitale directe
  • 2008 : 3ème phase d'agrandissement des locaux situés à Argentan
  • 2009 : Acquisition d'une seconde ligne d'impression de 60 mètres de long
  • 2011 : Acquisition d'une machine d’impression numérique en 2 mètres de large
  • 2013 : Acquisition d’une seconde machine d’impression numérique
  • 2015 : Nouvelle ligne de lavage
  • 2016 : Acquisition d'une machine d'impression numérique en 3,3 m de large et d'une calandre de thérmofixation externe.

 

 

Créée à Paris en 1880 par Monsieur Édouard Borney, l’arrière grand-père de l’actuel dirigeant, Eric Borney, l’entreprise commence son activité dans le négoce de mercerie et de passementerie, doublures, soieries et fournitures spéciales pour tailleurs et couturières dans le quartier du Sentier. C’est à la deuxième génération en 1921 que la Maison Borney se lance en plus dans le drapeau, les bannières et insignes. La petite histoire raconte que le dirigeant de l’époque, André Borney tient à honorer une commande de drapeaux. La Seconde guerre mondiale terminée, la publicité et la sérigraphie connaissent un plein essor : la société décide donc de changer d’activité. Il semble en effet à Pierre Borney (troisième génération) que la conception et la fabrication de drapeaux constitueraient une activité plus porteuse que celle du commerce de gros de tissus et de matériels pour tailleurs dont il se sépare en 1958. 

L’activité se développe mais l’immeuble parisien tout en hauteur ne convient pas aux grandes productions. L’entreprise souhaite se délocaliser en province et se met à rechercher des locaux plus spacieux. Sur les conseils d’amis, Pierre Borney vient s’installer à Argentan en 1969. Au fil des ans, l’entreprise poursuit sa croissance et emploie une trentaine de salariés.

1980 marque un tournant décisif dans l’histoire de la société Borney qui fait d’importants investissements pour se lancer dans le créneau de la publicité, marché apparemment porteur au vu des nombreuses entreprises qui affichent couleurs et logos sur des pavillons. Les clients, et non les moindres, ne se font pas attendre : Michelin, Air France, Renault, etc.

Si les drapeaux, pavillons et fanions nécessitent toujours d’être cousus, les techniques évoluent. Pour répondre dans les meilleurs délais à toutes les exigences, l’entreprise intègre l’ensemble du processus de fabrication. Les salariés réalisent le dessin, la photogravure, l’impression, la coupe, la couture, la finition et l’emballage des produits. Seul le tricotage est confié à un sous-traitant.

Les vents s’avèrent porteurs pour l’entreprise Borney qui emporte le marché intégral du pavoisement des Jeux Olympiques de 1992 à Albertville. C’est ainsi que les oriflammes Borney ornent le théâtre et les onze sites des JO. Des kilomètres de tissu sont imprimés à cette occasion car les commerçants et hôtels se réunissent pour pavoiser la Savoie, sans oublier l’aéroport de Lyon Saint Exupery. Parallèlement, l’entreprise argentanaise continue son activité pour satisfaire ses clients habituels : Mairie de Paris, Renault, Intermarché (tous les concessionnaires automobiles et les grandes surfaces reçoivent en effet des oriflammes). Deux ans plus tard, en 1994, elle est retenue pour les Jeux de la Francophonie.

L’entreprise ne cesse de se développer pour devenir l’un des tout premiers fabricants français de drapeaux. La gamme des produits se diversifie : à la fabrication de drapeaux s’ajoutent celle des supports publicitaires (fanions, bannières), mais aussi des mâts en aluminium et fibre de verre. L’exportation constitue un des objectifs prioritaires de Borney : en 1993, elle ouvre une filiale en Grande-Bretagne Borney UK. Visant non seulement l’Europe du Nord (Allemagne, Benelux), elle opère dans des pays plus lointains, grâce à certains de ses clients comme Renault, Michelin et Les Mousquetaires. Fournisseur officiel de drapeaux de l’UNESCO, la société a des clients en Afrique.

Autre événement d’importance pour l’entreprise Borney en 1994 : le 50ème anniversaire du Débarquement. Le spécialiste de la fabrication de drapeaux s’efforce de satisfaire rapidement les commandes des Anglais, Américains, Canadiens, Polonais, et bien sûr des Français. Les achats groupés se multiplient à tel point que l’entreprise manque de temps pour estimer précisément le nombre de drapeaux vendus. A cela, s’ajoutent les demandes des particuliers qui veulent également célébrer l’événement en mettant des drapeaux aux fenêtres.

1998, année de la Coupe du monde de football. La PME ornaise est sur le pied de guerre pour fabriquer des drapeaux, des oriflammes, des banderoles, et des mâts porte-drapeaux. 60ème anniversaire du Débarquement en 2005, Coupe du Monde de football 2006, l’entreprise Borney accompagne nombre de grands événements. Elle regrette seulement que les Français pavoisent peu, contrairement aux pays scandinaves où un drapeau flotte à toutes les maisons.

 Depuis cinq générations, l’entreprise familiale ne cesse de progresser pour conquérir de nouveaux marchés. Une visite en Chine convainc Eric Borney, l’actuel Président de se lancer dans de nouveaux investissements : l’acquisition d’une nouvelle machine d’impression (60 m de long) capable d’imprimer des drapeaux d’envergure, et d’un appareil de photogravure pour fabriquer de grands écrans d’impression (3 m de large par 6 m de long).

De grosses machines d’impression permettent de sortir des kilomètres de banderoles. L’entreprise consomme 120 tonnes de polyester et 100 tonnes d’aluminium par an. Du petit drapeau vendu à l’unité à 55 km de banderoles en continu, la PME s’adapte à la demande de ses clients. Toujours en test pour améliorer la résistance des drapeaux dont la durée de vie va de 48 heures à 6 mois, Borney garde pour meilleur allié le vent.

Outre la création d’un site Internet de e-commerce doté d’une photothèque pour les clients et la modernisation de ses logos, la PME familiale veut redynamiser sa façon de vendre. De renommée internationale, non seulement en Europe mais aussi en Algérie, ou à Dubaï pour le Grand Prix de Formule 1, l’entreprise d’une quarantaine de salariés a travaillé sur les Jeux Equestres Mondiaux en 2014 et le 70e anniversaire du débarquement. Borney peut envisager l’avenir avec sérénité.